Mise à jour janvier 2022

Toutes les photographies de ce site sont soumises au droit d'auteur. Pour toutes utilisations, merci de me contacter.  Voir la page la belle image et moi

Mam'AT
Photographe

Il était une fois, une route

Les routes ont  une place particulière dans la vie des gens. Elles les relient au monde. Ce constat est d'autant plus prégnant dans les départements ruraux ; les routes y sont bien souvent le seul moyen d’accéder à la société (travail, école, famille). Hors cette fonction, les routes restent vides, de simples voies de communication pour un temps désertées.

Et pourtant, les routes de campagne ont une âme. En de fugaces instants, elles se détachent de leur créateur et de leur simple raison d'être. Elles prennent vie aidées en cela par les forces de la nature (brouillard, neige, nuit). La nature prend le dessus sur la construction humaine.

 

Ce travail vise à saisir ces moments où les ambiances et les graphismes dominent, où l'harmonie s'installe. Il s'inscrit ainsi dans ma recherche plus globale du Sharawadji. Divisé en trois contes : la neige, le brouillard et la nuit, ces histoires de route invitent notamment au voyage imaginaire.

 

Ce sont des histoires de routes devenues infinies. L'horizon s'évanouit. Les séparations s'estompent. Plus de frontières. Les distances sont floues. Tout est silencieux. Le brouillard, la neige, la nuit étouffent les sons et les âmes. Ils transforment la vision et invite au mystère.  ils révèlent un nouveau monde en créant une frontière entre l’existant et l’imaginaire. Il ouvre ou ferme, l’horizon.  Il nous transporte vers un ailleurs. Étrange beauté.

 

Ce sont des histoires de routes devenues austères. Le jour s'est éteint. L'humeur s'est assombrie. La brouillard, la neige t la pluie joue avec les formes, efface la route, la métamorphose en tunnel ou la change en mur, transforme les arbres en étranges silhouettes, et dissimule les lieux. Quelques éléments surgissent, de-ci, de-là. Points de repères salvateurs. Ambiance ténébreuse.

 

Ce travail évoque cette mutation du visible à l’invisible, mutation de cette route pourtant connue, devenant mystérieuse et austère. Une route désormais source de récits plus ou moins imaginaires. Il était une fois, une route…